Healthyship.

By jeudi, octobre 27, 2016 1 No tags Permalink 4

Ma rupture, 6 mois plus tard m’a apporté la chose qui manquait à ma vie : l’apaisement. Je suis en paix avec moi-même. Moi qui m’en voulais comme la mort.

6 mois se sont écoulés depuis le dernier gros changement de vie et j’ai mis en place une stratégie de reconstruction très simple : Healthyship. Je recommande, je valide et je labélise ce choix. L’apaisement est devenu mon quotidien. Pour vous prouver comme c’est bénéfique, ma santé va mieux, les médecins eux-mêmes ne comprennent pas vraiment.

Alors Healthyship, n’est rien de très scientifique, mais je me suis délestée des choses encombrantes de ma vie. Suite à une colère liée à mes relations entremêlées avec ce que j’ai quitté il y a 6 mois, j’ai eu un électrochoc : Pourquoi me faire chier la vie avec des relations inutiles ? Pourquoi m’encombrer avec des choses futiles ?

blog-lyon-trentenaire-chronique

Alors pour le côté matériel, on se rend compte qu’on vit dans une société de possession ultime. Mon bilan perso ? 32 ans et j’ai en ma possession 3 caisses Bensimon, 2 étagères Ikea (fournisseur officiel de la Génération Y), une table basse, des bouquins et un pouf. Un véritable trésor de guerre. 4 déménagements en 4 ans, 4 balades avec mes sacs Tati sur le dos, 3 rues parallèles plus tard : je voyage léger dans la vie. Ma seule envie est de devenir propriétaire. La seule possession qui m’apporterait la légèreté ultime.

Ensuite, j’ai réalisé un travail perso sur mon cercle amical. Après de nombreuses discussions, des phrases récurrentes comme « mais depuis le temps qu’on te le disait », j’ai décidé de me recentrer sur l’essentiel, privilégiant les relations à l’autre naturelles et simples. Je ne parle pas du cercle des intimes, de mes amies de toujours avec qui j’entretiens une relation libertine. Libertine car nous sommes libres de nos vies, on s’appelle, on se voit quand on veut mais surtout quand on peut sans jamais reprocher à l’autre ses absences. Ce sont donc des relations saines car les retrouvailles sont toujours saupoudrées du même sentiment : on dirait qu’on s’est quitté la veille. Etre dans cette démarche healthyship c’est avant tout apprendre à se connaître et à accepter l’autre dans sa globalité. Accepter ses absences, ses refus, ses humeurs, et surtout ses choix de vie. Ne pas juger. Jamais. Et puis n’attendez pas que les autres vous sauvent. Ils ne sont pas là pour ça. Il sont simplement des compagnons de route.

 

En clair : je vais, je vis et je deviens.

A tantôt.

 

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !
1 Comment
  • onverrademain
    décembre 24, 2016

    Salut !
    J’ai emprunté cette voie après avoir fait les mêmes constats que toi il y a 5 ans (j’en avais 33, t’es en avance !) et je le regrette pas.
    J’espère que tu t’y épanouiras aussi ;)

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *