A ma mère

By vendredi, avril 17, 2015 0 No tags Permalink 0

Je me rends compte qu’au delà d’être une cigale je suis aussi le genre de fille qui ne s’encombre pas d’obligation.

Très à l’aise avec les annulations, les refus, je ne m’impose rien, ou le peu que je fais c’est parce-que je sais que ça fait plaisir à l’autre du coup ça me rend heureuse.

Choisir ce que je fais de ma vie, de mes achats, de mes vacances est donc un acte tout à fait naturel. Parfois, je vois les autres s’imposer des convenances si françaises, si bourgeoises, si … too much. De toute façon m’imposer un truc finira mal, avec le caractère que je me paye et qui s’arrange pas avec l’âge, les gens constatent immédiatement que ça me fait chier et que je vais trainer la patte.

baca6350511755d783b9edf11ed0eb1f

Ca c’est pas de ma faute. C’est la faute à ma mère (je sais qu’il y a une faute). J’ai été élevé par cette blonde aux cheveux raides et à la frange impeccable avec un diktat très simple, qu’elle m’a rabâché des centaines de fois : Maëva dans la vie on est jamais obligé de rien.

Soit !

Ma mère ne m’a jamais mis de fessée, ouais. Elle ne m’a jamais puni.

Un truc qui fait halluciner beaucoup de monde et qui est tellement lié à ma mère : les repas. Il n’y avait pas d’ordre préconçu, chacun piochant dans ce qu’il voulait quand il le voulait. Je ne finis jamais mes assiettes ce qui a le dont d’énerver le bipède. On m’a jamais fait finir mon assiette et j’entends résonner cette phrase « bah laisse si t’en veux plus ! ». En effet, pourquoi se forcer ? Et les petits somaliens ? On ne m’en a jamais parlé…

Au pire ça remplissait la gamelle des chiens, ce qui, ma foi n’arrangeait rien puisque adorant les bêtes c’était un plaisir de leurs faire lécher mon assiette.

Et les repas interminables sont un supplice pour moi. Nous n’avons jamais dû demander pour quitter la table… Chacun se levant vacant à ses occupations dans ce grand mas provençal. En grandissant vous vous rendez compte,  au fur à mesure des années, de vos interactions avec des gens de tout horizon des séquelles de vos parents. Des petites névroses ou autres routines qu’on nous a gentillement et doucement mis dans la tête… Laisser un pain retourné sur la table serait une torture horrible pour moi… la faute à mon grand-père…

Les matins chagrins où t’as pas envie de parler juste siroter ton jus d’orange en tailleur sur le canapé devant la télé ? la faute à ma mère. Je sais que je peux avoir une tendance à demander aux autres de faire à ma place. La faute à ma mère qui s’est toujours occupée de tout. Besoin d’un rdv chez le dentiste ? j’appelle Maman, qui prend un rdv pour sa fille de 31 ans.

830db5b6956d30fcfc1f1b8d12f5cd80

Ok c’est pas bien, ça fait princesse, ça fait putassier, capricieuse… pourtant je m’intègre très facilement … Car ce que ma mère m’a appris c’est la liberté insouciante qui ne m’impose rien et qui n’impose rien aux autres… J’élèverai mes gosses avec cette liberté toute simple, peu de contraintes car au fond ce n’est que de l’éducation.

Rendez-vous sur Hellocoton !

No Comments Yet.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *