Chasseuse.

By lundi, juillet 25, 2016 4 No tags Permalink 0

Je suis une accro du marketing, de la communication et du digital. J’aime les réseaux sociaux, j’aime le web, j’aime notre génération de connectés malgré les travers que cela apporte, j’aime notre société de consommation qui nous pousse à une forme de « moutonisme ». Je l’aime car sans nous en rendre compte, nous vivons des bouleversements sociétaux et sociaux qui un jour seront expliqués à notre progéniture.

J’aime le présent pour ce qu’il racontera au futur.

J’observe donc les gens vivre dans le métro, dans la rue, aux terrasses de café, cette génération en quête de lien, cette génération se créant une famille différente de celle du sang, une famille basée sur des codes. Comme l’explique si justement Maffesoli, nous vivons en tribu respectant alors des totems particuliers (des marques, des mots, un comportement de consommation…). Nous ne retrouvons de l’individualité seulement lorsque nous décidons, par exemple, de réaliser un selfie qui respectera malheureusement lui aussi des codes de prise de vue particulier. Le selfie c’est donner à voir son individualité à sa propre tribu, c’est dire « je suis là », « je suis ici », « regardez-moi »…

C’est donc avec allégresse et une certaine joie que mon job consiste pleinement à détecter les failles de vos tribus et vous inciter à aimer les marques de mes clients, à nous follower, à nous liker et surtout à entrer en contact avec eux. Entrer en contact avec une marque de manière totalement normale, comme si vous parliez à un voisin, un ami… Je pousse souvent le bouchon à provoquer en vous une émotion (et oui, l’empathie marketing via mon capital marque). Je mesure vos comportements digitaux avec des statistiques, j’ajuste ma stratégie au fil des heures pour vous ferrer dans mon entonnoir. Google est mon meilleur ami, Twitter mon demi-frère, Facebook ma cousine, Instagram le petit dernier… Vos mouvements de souris je les connais par coeur.

blog-celibataire-lyon

Mon métier cherche à vous pousser à la consommation, même si j’explique à mes clients que l’enjeu est de provoquer cette fameuse « émotion » et de laisser croire aux clients qu’il a le choix.

Malgré ce vice, je suis également une belle proie pour les autres car la consommation ne me fait pas peur et je pense avoir toutes les tares de ma génération Y. J’aime notre modernité, porter les mêmes baskets que tout le monde ne me pose aucun problème d’éthique, instagramer ma glace du dimanche non plus, j’aime les cactus, j’ai un blog …

Dernièrement, le marketing et l’influence de masse ont atteint leur paroxysme en déclenchant un phénomène mondial, qui touchera à termes toutes les marques car il pourrait carrément devenir un nouveau support de communication, une nouvelle forme de display : Pokémon Go.

C’est ainsi que samedi, au Parc de la Tête d’or, j’ai perdu ma virginité pokédesque, en téléchargeant ce jeu. Je ne suis pas de la génération Pokémon #tropvieille mais j’ai parcouru des kilomètres pour en trouver… Je chasse, je capture …

On peut se moquer, on peut rire de cette génération accrocher à son téléphone dans un parc capturant des animaux étranges, mais cette génération me donne le sourire car elle vit, elle s’amuse et surtout elle partage.

Vous pouvez dire ce que vous voulez, le partage a évolué, la connexion sociale a évoluée…

 

Je ne finirai pas cet article car j’ai un bulbizarre dans mon radar.

 

A tantôt.

Rendez-vous sur Hellocoton !
4 Comments
  • Saby Sloan
    juillet 26, 2016

    Ton article est intéressant car il permet de voir un point de vue totalement différent de ce qu’on peut entendre en général sur notre société.

    • lechatetmoi
      juillet 29, 2016

      Oui, Pokémon Go d’un point de vue de la stratégie marketing c’est fascinant !

  • AnneJulie
    juillet 27, 2016

    Wow j’adhère tellement !
    Très pertinent et agréable à lire, je viens de tomber sur ton blog et ça y est, j’ai envie de fouiner, c’est parti !

    • lechatetmoi
      juillet 29, 2016

      merci beaucoup <3 !

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *