Apprendre l’autre.

Hier soir dans le resto chinois de mon quartier, un resto somme toute  kitchissime, entre une soupe et des beignets de crevettes, J. et moi évoquions nos changements de vie.

Nous deux, amies depuis mon arrivée sur Lyon, une amitié construite sur le célibat et des histoires de supers connards, sur la recherche de l’emploi de notre vie, sur cette nonchalance pouvant nous caractériser nous évoquions notre changement de vie soudain. Nous étions en couple, nous vivions l’une et l’autre avec un bipède.

Ce changement radical avait modifié notre vie. Nous les noctambules, les fêtardes, nous avions fait le choix de nous ranger. Alors nous ne sommes pas devenues des nonnes, car nous avons choisis l’une et l’autre deux anciens noctambules également, nous avons des couples funky town, où la nuit est toujours un terrain de jeu. Mais comme elle me l’a dit si justement « j’aime quand il préfère rester à mes côtés pour regarder la télé ».

90bfe7ac7a492cd5e86c668bd644e418

J’ai donc réalisé que ces petites choses étaient des actes d’amour et que nos couples étaient sains par rapport à nos anciennes relations. J. me disait « rappelle toi avec l’autre, il fallait toujours sortir, vivre la grande vie, mais c’était pas ça un couple, un couple ce n’est pas avoir ce besoin permanent, constant des autres« . C’est vrai.

Puis, les jolies choses du couple mises en avant, nous avons aussi pu discuter des moments plus difficiles d’être deux. Je ne suis pas certaine que c’est naturel de vivre à deux, surtout arrivé à 30 ans car on ne changera plus, on a vécu, on se connait, on a été confronté à nous-mêmes seule et cela ne nous angoisse plus. Nous n’avons plus peur de la rupture, mais nous ne supportons plus l’idée de cette douleur amoureuse, celle de la perte de l’autre. C’est ainsi que nous avons glissé doucement vers l’idée que construire un couple vers 30 ans, avec tout notre passé encombrant à nos nouveaux duos, c’est avant tout apprendre l’autre.

A 30 ans nous allons plus vite. On s’est plus rapidement installé ensemble, nous avons plus rapidement intégré l’autre à nos vies respectives et les petites anicroches ne sont qu’un manque d’apprentissage. Nous devons donc apprendre l’autre. Apprendre son fonctionnement, sa notice, apprendre à l’aimer de plus en plus de jour en jour, apprendre à respecter ses émotions et ses névroses, apprendre à vivre à deux.

Apprendre à vivre à deux dans un espace restreint tout en respectant le cercle personnel de l’un et de l’autre.

L’amour n’est donc qu’un éternel apprentissage de l’autre, une forme d’état de révision, de bachotage permanent qui doit vous mener vers la réussite amoureuse.

Moi je dois apprendre à ne pas poser le dentifrice sur le bord du lavabo  mais de toujours le remettre dans le pot des brosse-à-dents… Et je peux vous garantir que je n’ai eu qu’un C+ anoté d’un « peut mieux faire ».

A tantôt.

Rendez-vous sur Hellocoton !

No Comments Yet.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *